Tout sur les assainissements

Bruno Caillard

Quand on parle d’assainissements, cela concerne les fosses septiques ainsi que les autres évacuations d’eau de la maison. Ils doivent se conformer à l’arrêté du 03/03/82 qui est complété par l’arrêté du 14/09/83 précisant la constitution des lits filtrants destinés à l’épuration des effluents, par la circulaire du 18/05/84 donnant un nouveau modèle de règlement sanitaire départemental et enfin la circulaire du 16/07/84 établie par le ministère de l’Agriculture et de l’Environnement imposant la vérification des installations de pompages d’eaux usées.

Le point sur les fosses septiques toutes eaux

Auparavant, le système d’épuration est formé par une fosse septique pour les eaux vannes et un bac à graisse pour les eaux ménagères. Actuellement on impose l’installation de fosses septiques toutes eaux. En effet, on a remarqué que les eaux ménagères sont polluantes bien qu’elles présentent une concentration plus réduite de charges organiques et de bactéries par rapport aux eaux vannes.

  • Avec le nouveau dispositif, le volume des fosses septiques est devenu plus important. Il est fixé réglementairement à 2m3 quand il s’agit d’un logement de 4 pièces principales, le volume augmente ensuite de 0,5 m3 par pièce supplémentaire ou par deux personnes supplémentaires. Par ailleurs, la hauteur utile à l’intérieur des fosses septiques ne doit pas être inférieure à 1 mètre. Il est possible de disposer de deux fosses septiques toutes eaux en série pour constituer le volume réglementaire. Il faut alors que le volume de chaque fosse équivaut au moins à 1m3, la cuve la plus grande doit être placée en amont. Des joints souples assureront alors la liaison entre les deux cuves pour que les tassements de terrain n’aient aucune incidence justement sur la liaison.
  • Avec le nouveau dispositif également, le bac à graisse n’est pas obligatoire en amont. Il a cependant une capacité de 200 litres dans le cas où il traite uniquement des eaux en provenance de la cuisine et une capacité de 500 litres pour les eaux traitant l’ensemble des eaux ménagères. Les appareils ont besoin par ailleurs d’être nettoyés plusieurs fois par an.

Les diverses formes d’épandage

D’après la nouvelle réglementation, il est conseillé de réaliser une évacuation par épandage souterrain du fait que ce système permet d’exploiter la capacité du sol à assurer les transformations d’épuration. Cependant, il faut réduire les risques de pollution des eaux souterraines. Le choix de l’épandage est fixé par la circulaire du 20/08/84 se basant sur plusieurs paramètres à savoir la perméabilité du sol, le niveau de la nappe phréatique, la pente du terrain ainsi que la proximité de source d’eau potable. Voici les différentes formes d’épandage :

  • L’épandage par tranchées filtrantes

Comme son nom l’indique, il est réalisé par des tranches filtrantes sur le sol naturel. On installe alors des tuyaux distributeurs dans un ensemble de tranchées et ce, très près de la surface du sol. Pour mesurer la longueur totale des tuyaux nécessaires, il faut se baser sur les possibilités d’infiltration du terrain ainsi que des quantités d’eau à évacuer. Par ailleurs, le diamètre minimum du tuyau est de 10 cm, des trous de 5 mm y sont percés. La largeur des tranchées garnies de graviers est comprise entre 0,5 et 1,2 m tandis que la distance d’axe en axe entre les deux tranchées équivaut à 1,50 m. Avant de remblayer la tranchée, il faut d’abord interposer au dessus de la couche de graviers un feutre qui laisse passer l’air et à l’eau.

  • Le lit d’épandage au sol naturel

Les épandages sont réalisés en se servant d’une fouille unique à fond horizontal pour remplacer les tranchées.

  • L’épandage sur sol reconstitué

On a recours à ce système dans le cas où la perméabilité du sol n’est pas suffisante. Il faut alors se servir de matériaux perméables sur une épaisseur d’au moins 70 cm au fond d’une fouille mesurant dans les 1,50 m de profondeur.

  • L’épandage sur tertre d’infiltration

On a recours à ce procédé quand la nappe phréatique est trop proche. Il consiste alors à placer une butte formée par des matériaux perméables sur la partie supérieure de laquelle est réalisé l’épandage.

  • Le lit filtrant drainé à flux vertical

Ce dispositif est utilisé dans le cas où les effluents passent verticalement sur un massif de sable. A la base de ce dernier, les effluents sont repris par un drainage les conduisant dans un puits d’infiltration.

  • Le lit filtrant drainé à flux horizontal

Il est requis dans le cas où les effluents traversent horizontalement une bande de 2 mètre de graviers fins, une bande de sable de 3 mètres ensuite une nouvelle bande de graviers fins de 50 cm.

  • Le puits filtrant

Selon la réglementation les épandages ne peuvent recevoir qu’un effluent qui a été épuré par l’un des dispositifs mentionnés ci-dessus. Il est donc interdit de placer un puits filtrant directement à la sortie d’une fosse septique.

Remplacer la fosse septique par une micro-station d’épuration

Si vous n’aimez pas trop l’idée d’installer une fosse septique, il est également possible d’installer une micro-station d’épuration, la même que les stations d’épuration dans les villes. L’épuration consiste alors à créer une culture bactérienne aérobie qui sera ensuite entretenue par un courant d’air assez fort en provenance d’un aérateur. Une fois que les eaux sont traitées pendant 24 heures, elles sont transférées par la suite dans un second compartiment pour être décantées : l’eau est évacuée mais boues sont transférées au compartiment aération. Si la qualité d’épuration est meilleure par rapport aux systèmes classiques, la micro-station nécessite des vidanges fréquentes et coûte assez cher. Par ailleurs, il faut faire un entretien tous les six mois. En cas de panne, il faut réparer d’urgence (dans un délai de 72 h). Dans le cas d’un logement de 6 pièces principales, par exemple, il faut une installation de 2,5 m3 au moins. La réglementation interdit par ailleurs de procéder à un rejet direct en plein nature. Il faut le diriger dans un épandage ou un puits filtrant.

Pour une nouvelle construction ou pour renouveler les assainissements d’une ancienne construction, on a alors le choix entre la fosse septique et la micro-station d’épuration.