Comment monter un mur en briques ?

Bruno Caillard

Vous vous apprêtez peut-être à construire un mur en briques. Quel que soit votre objectif, il est possible de le monter soi-même. Cette tâche peut a priori paraître facile mais il est important de respecter les différentes étapes du montage et de la préparation.

Utilisée depuis des centaines d’années, la brique en terre cuite reste un matériau très apprécié dans le monde de la construction. Par ailleurs, elle a de nombreux avantages :

  • Elle ne demande pratiquement pas d’entretien
  • C’est un matériau solide
  • Sa pose est facile
  • C’est un matériau recyclable et totalement sain
  • Elle permet de multiples architectures et s’adapte à tous les besoins

Face à un matériau aussi performant, une maison en briques dispose d’une grande longévité et permet ainsi d’avoir une maison solide et durable. En effet, une construction en briques résiste plus facilement aux incendies. Une maison en briques propose un taux d’humidité quasi nul vue sa résistante à l’humidité, ce qui participe d’ailleurs à la bonne isolation de la maison. D’autant plus, elle offre un aspect chaleureux et agréable et permet de nombreuses architectures.
Construire un mur en briques demande du savoir-faire et de la patience mais aussi et surtout de la précision.

Matériels et matériaux nécessaires

Avant de monter un mur, il est préférable d’avoir à sa disposition tous les outils nécessaires afin, non seulement d’accélérer le travail, mais aussi d’éviter les éventuels va et vient qui risquent de faire sécher le mortier entre les couches.
Voici ce dont vous avez besoin pour monter un mur en briques :

  • des briques ;
  • du mortier à base d’eau et de ciment ou de la chaux naturelle et du sable ;
  • des cordeaux, des piquets ;
  • un fil à plomb ;
  • un seau d’eau et une auge ;
  • une truelle, une taloche ;
  • une pelle, une pioche, une bêche
  • une équerre, un niveau à bulles ;
  • une règle de maçon ;
  • un seau ;
  • des ciseaux de maçon pour couper les briques ;
  • des bâches de protection.

Implantation et fondations

Tout mur nécessite des fondations solides et fiables pouvant supporter le poids des briques et les agressions climatiques. Ainsi, creuser une tranchée pour votre fondation est une étape nécessaire pour construire un mur en briques.
Il faut délimiter l’emplacement des fondations en plantant des tasseaux de bois dans le sol et en disposant deux cordeaux dont la largeur dépendra de celle du futur mur. Ensuite, il faut creuser les fondations en moyenne entre 30 et 50 cm de profondeur, avec une longueur et une largeur correspondants à celles de votre mur. On prépare ensuite les fers torsadés que l’on enfonce à l’extrémité de la fondation pour commencer à 20 cm de profondeur. On espace les autres tiges de fer tous les mètres. On vérifie le niveau de la fouille avec une règle d’aluminium et le niveau à bulle. Ensuite, remplir la fondation de béton.

Tranchée pour fondation
  • Hf : Hauteur de la fouille
  • Bf : Base de la fouille
  • TN : Terrain Naturel

Préparation du mortier

Le mortier pour l’élévation d’un mur est essentiel puisqu’il conditionne la stabilité et la solidité de la structure. Mal préparé, le mortier peut entraîner l’effondrement prématuré du mur que vous aurez monté. Pour un mur de briques, vous aurez besoin d’un volume de ciment pour deux volumes de sable et un volume de sable fin. Dans le meilleur des cas, on peut remplacer le ciment par de la chaux ou faire un mélange 50-50 % pour bénéficier de la solidité du ciment et de la souplesse de la chaux.

Gâchage de mortier

Pose des briques


Première rangée de briques

Une fois que les fondations sont sèches, on étale une couche de mortier de 15 à 20 cm d’épaisseur. Posez les briques situées dans les coins. La première brique doit être posée directement sur le lit de mortier. Tassez bien jusqu’à ce que ce dernier ne fasse plus qu’1 cm d’épaisseur. On donne quelques coups avec le manche de la truelle pour homogénéiser le mortier sous la brique. Lorsque vous posez vos briques, pensez à toujours les mouiller avant afin qu’elles n’absorbent pas toute l’eau du mortier. La pose de toutes les autres


briques, posées dans l’alignement de la première, doit être précédée de l’application d’une couche de mortier sur la face qui touchera la brique précédemment posée. Attention, tous les joints doivent faire 1 cm d’épaisseur.

L’élévation

Quand vous débutez votre deuxième rangée de briques, pour décaler les briques et les joints verticaux, vous pouvez choisir entre une demi-brique, une panneresse, un trois-quarts ou une boutisse selon le type d’appareillage que vous voulez apporter à votre mur.
Posez les briques de la même manière que pour la première rangée, sans oublier de vérifier l’alignement et la planéité avec le cordeau que vous monterez avant de débuter chaque nouvelle rangée.
Pour vérifier l’alignement des deux faces perpendiculaires, utilisez le niveau et la règle d’aluminium. Pour un mur en briques, il faut bien prendre l’aplomb dès la première brique. Ainsi, on ne peut reprendre celle-ci qu’à la cinquième ou à la sixième assise. A chaque rangée, enlevez le surplus de mortier à l’aide de la truelle et vérifiez avec le niveau à bulle l’ajustement vertical des briques.


Mise en place des briques
  • 1 : Direction du tapotement du brique,
  • 2 : Mortier ep : 1cm
Etalage de mortier
  • 1 : Terrain naturel,
  • 2 : Couche de mortier étalé ep : 1 à 3cm,
  • 3 : Semelle en BA,
  • 4 : Béton de propreté.
Vérification de l’aplomb et de l’alignement du mur
  • 1 : Plomb : vérification de la verticalité,
  • 2 : Niveau : vérification de l’horizontalité,
  • 3 : Joint ep : 1cm.


La finition

Utilisez votre truelle pour remplir les lacunes dans les joints en veillant à étaler suffisamment de mortier pour obtenir un mur solide et esthétique. Utilisez un fer à joints pour travailler le mortier à la manière d’un professionnel. Il vous permettra d’obtenir des joints réguliers et bien formés. Appuyez fermement l’outil dans le joint et tirez-le pour égaliser le mortier et finir le joint. Avant de continuer, attendez entre 40 et 60 min pour laisser le temps au mortier de sécher un peu, sans toutefois durcir.

Conseils et astuces

  • La météo peut vous être défavorable pendant vos travaux. Le mortier craint à la fois le froid, l’humidité et la chaleur. Mieux vaut donc vous équiper de bâches de protection pour le couvrir entre deux sessions de construction.
  • Il est préférable de bien mouiller les briques pour que le mortier absorbe un minimum d’eau afin de se stabiliser correctement au fil du temps.
  • Toutes les briques n’ont pas le même degré d’humidité. Ainsi, vérifiez les joints tous les cinq rangs environ. Si les briques sont plus sèches, travaillez les joints avec un fer à joints.