Généralités sur la maçonnerie

Bruno Caillard

La maçonnerie est l’art de bâtir une construction. Elle se définit comme étant l’assemblage de matériaux élémentaires (briques, moellons, blocs de béton, etc.) selon un appareillage spécifié. Ces matériaux sont ensuite hourdés ensemble à l’aide ou non d’un mortier.

Les travaux relatifs à ce domaine sont nombreux. Certains peuvent même être réalisés par les amateurs, à condition, bien évidemment, de tenir compte des normes en vigueur. L’utilisation des outils adéquats est également utile. Après tout, chaque construction se doit d’être durable et mérite donc d’être bien réalisée. Quoi qu’il en soit, que vous soyez un professionnel ou un simple passionné de maçonnerie, l’eau sera toujours un facteur de blocage dans la réalisation de vos travaux. L’eau peut être causée par la pluie, les infiltrations ou encore les ruissellements. Le gel est également un ennemi à ne pas négliger de la construction.

En France, le bricolage est un marché en pleine croissance avec à la clé un chiffre d’affaire estimé à pas moins de 17 milliards d’euros. Selon une étude de l’IFOP, plus de 50% de la population bricole. Toujours selon cette étude, on a pu mettre en avant le fait que 62% des achats de bricolage se font dans les grandes surfaces, 21% dans les négoces et 10% dans les grandes surfaces alimentaires. Ce sont les 25-34 ans qui bricolent le plus. La raison à cela : la possibilité de faire des économies et aussi le fait que les prix des matériaux sont de plus en plus abordables, ce qui n’est pas le cas des mains d’œuvre.

Les femmes s’y mettent aussi de temps en temps, surtout celles ayant moins de 40 ans. Selon une étude réalisée par l’Unibal, ou Union des fabricants de bricolage, la bricoleuse a souvent une activité professionnelle et des enfants à la maison.

Afin d’éviter tout dépassement de budget, les bricoleurs et les bricoleuses doivent acquérir un maximum de connaissances avant de débuter les travaux.

Les termes employés couramment dans les travaux de maçonnerie


Cas d’un mortier en sable lapin

Bien que la maçonnerie ne soit pas uniquement réservée aux professionnels, les travaux doivent se faire suivant les normes. Il est fréquent que les passionnés se servent de guides ou de manuels pour la réalisation des travaux de maçonnerie mais encore faut-il qu’ils comprennent les termes techniques employés dans ces documentations. On emploie fréquemment les termes :

  • Laisser tirer du mortier : c’est un terme utilisé par les maçons quand l’eau contenue dans le mortier a disparu trop rapidement. Cela est dû aux briques qui sont très sèches, à la chaleur ou au soleil (évaporation). Dans le cas d’un mortier, le pouvoir de liaison de ce dernier se perd et des fissures peuvent apparaître. Il doit donc être refait.
  • Le sable à lapin : c’est une composition ancienne de mortier riche en sable mais pauvre en ciment. Elle fut utilisée dans le but de réduire le coût des travaux. Si vous avez un bâtiment ancien, il faut refaire le jointement avec une composition correcte de mortier.
  • Passer la souris : c’est le fait de tracer des lignes à l’aide d’un fil enduit de bleu de méthylène. L’ensemble de ce dispositif s’appelle souris. La méthode consiste à tendre le fil entre un point A et un point B. Quand il est bien tendu, il faut le pincer telle une corde de guitare puis le tirer vers vous avant de le relâcher. Le fil va vibrer et va libérer le bleu qui fera alors apparaître le traçage souhaité.


1ère étape : tirer le fil
2ème étape : lâcher le fil


Utiliser le juge de paix

C’est le niveau utilisé par le maçon pour vérifier que sa construction est bien droite. Cet outil est inflexible et présente une petite bulle entre deux traits.

Poser le mulot

Il s’agit de poser une brique qui est plus petite que la brique traditionnelle. Elle ne fait en général que 3 à 4 cm de large.


Enduire à la tyrolienne

Il s’agit d’une méthode d’application d’enduit qui nécessite l’emploi de la tyrolienne. C’est un outil présentant une manivelle et qui se sert de l’appel d’air pour projeter le mélange.