Réalisation d’une dalle extérieure en béton

Bruno Caillard

Cette dalle en béton a été réalisée fin-2004 pour une cour extérieure, destinée à un abri-voiture

La réalisation d’une dalle en béton n’est pas très complexe techniquement, mais elle demande une bonne préparation, une bonne forme physique ainsi que quelques copains.

Conception

La dalle doit pouvoir évacuer les eaux de pluie. Il faut donc ménager des pentes. J’ai prévu des bondes d’évacuation alimentant l’égout pluvial.

Des profilés en plastique permettent de former la pente et assurent à la fois une fonction de joints de dilatation.

La dalle doit fait au moins 12 cm d’épaisseur.

Un premier lit de gravier est souvent préconisé pour le drainage mais je ne l’ai pas fait. Plusieurs années plus tard, je n’en vois pas les inconvénients.

La préparation

Décaissement :
Il a fallu décaisser le sol d’un quinzaine de cm. Je l’ai réalisé avec une mini-pelleteuse. L’évacuation des terres a été faite avec un petit Dumper à chenille. Ce type de Dumper permet de travailler en terrain pentu et difficile.


Un Dumper à chenille permet de déplacer des matériaux dans des pentes
Les pieds dans la boue

Même dans la difficulté, il ne faut pas se décourager



Pire que Verdun 14-18

On aperçoit les évacuations

Quelle M... !
Coffrage des bords


Pensez à protéger les murs de l’habitation avec un film polyane car les projections de béton sont importantes. Non seulement le béton est salissant et difficile à enlever même s’il est encore frais ; mais une fois que la prise est faite, c’est collé.
J’ai commis l’erreur de négliger cet aspect et ma façade bardée de bois est toute mouchetée de résidus de béton que je n’ai jamais réussi à totalement supprimer.


Polyane au sol :
La pose d’un polyane au sol est recommandé :

  • Il évite que de la terre se mélange avec le béton au moment du coulage du béton,
  • il permet de travailler au propre, de ne pas souiller les profilés, treillis, etc. pendant la pose,
  • il évite les remontées d’humidité par le dessous pendant la durée de vie de l’ouvrage.

Mise en forme avec les profilés
On place des profilés pour :

  • ménager les pentes d’évacuation,
  • délimiter les périphéries en l’absence d’autres coffrages,
  • fractionner la dalle en plusieurs éléments.


Pose des profilés

Lionel et Bruno posent les profilés en ménageant une pente vers une évacuation.
Sous la surveillance de Little Paulo.

Little Paulo
Treillis soudés

Le treillis soudé est découpé et positionné entre les profilés. Il ne doit pas toucher le sol. On maintient un écart au sol de plusieurs cm avec un plot de béton, de la pierre ou des reliquats de parpaings



Positionnement des profilés

On positionne les profilés avec du béton.

Coffrage périphérique


L’équipe

Nous étions 4 : mon frère Lionel, mon voisin Jean-François et mon collègue de bureau Olivier. Quatre est un bon chiffre, cinq est idéal. En dessous, cela peut faire un peu juste. Très au dessus, on risque de se gêner sur le chantier.
Pour ce type de travaux, l’équipe idéale est composée de :

  • une personne qui gère visuellement la répartition du béton et qui fait l’interface avec l’opérateur du camion toupie. C’est un peu le chef de chantier et il donne les ordres un peu à tous le monde. il s’assure aussi que personne ne manque de rien (outils, désaltérant, munitions). C’est le poste le moins physique mais pas le moins important.
  • deux personnes qui répartissent le béton à la pelle et au râteau plat,
  • deux personnes qui lissent le béton.

Pour amener le béton sur place

Ce type de construction requière plusieurs m3 de béton. Je vous déconseille de faire le béton vous-même. Non seulement, cela va vous coûter plus cher, mais vous ne pourrez couler votre dalle en une seule journée. De plus, l’effort physique supplémentaire est loin d’être négligeable.

Faites-vous livrer le béton en camion-toupie (6 à 8 m3). Un camion-toupie peut déposer le béton jusqu’à une distance de 3m du derrière du camion. Au delà, il faut prévoir d’autres moyens :

  • La pompe à béton : il s’agit d’un camion possédant des tuyaux articulés permettant de déverser le béton à plusieurs dizaines de mètres horizontalement ou verticalement. Compter 500€ de frais de location et de pompage. Il existe des camions-toupies munis de pompe offrant un coût inférieur mais vous ne pourrez pomper que le contenu de ce camion-toupie.
  • le tapis (Pumi) permet de verser le béton à une vingtaine de mètres du camion-toupie mais en ligne droite. Le tapis est associé au camion-toupie et ne peut donc verser que le contenu du camion qui le porte. Cette solution est plus économique (une centaine d’euros) et c’est celle que j’ai retenue.

Déroulement du chantier

Il faut travailler rapidement mais éviter la précipitation. Préférez les journées fraiches et grises de l’automne car en été, le béton fait sa prise plus rapidement.

Le béton ne doit pas être trop liquide car il faut former la pente ; ni trop sec car il faut pouvoir lisser le béton sans trop de difficulté. Généralement, les opérateurs de camion-toupie ont l’habitude et sauront trouver le bon dosage si vous manquez d’expérience.

L’utilisation d’une règle vibrante peut être d’une grande aide, notamment pour de grandes surfaces. Elle permet de travailler sur des bétons plus secs. L’hélicoptère est a réserver à des surfaces planes.


Tapis roulant pour béton

Le tapis roulant est déployé du camion-toupie et est avancé au plus près de l’extrémité du chantier

Dépose du béton par le tapis roulant

Lionel est un peu éclaboussé

On étale le béton



Outils de répartition

Le béton frais est grossièrement réparti avec des râteaux sur lesquels on a fixé une planche. Cet outil permet également de faire un premier nivelage.

Nivelage du béton

Jean-François nivelle le béton encore frais avec une règle de maçon. Il s’appuie sur les profilés plastiques

Talochage

Jean-François passe un coup de taloche pour faire disparaitre les marques laissées par la règle de maçon