Maçonnerie de parement

Bruno Caillard

Dans l’optique de toujours évoluer dans la construction, le mode constructif connu sous le nom de mur creux a vu le jour. Dans cette perspective, la maçonnerie de parement évoque la feuille extérieure d’un mur creux isolé.
En comparaison avec d’autres matériaux, elle est extrêmement durable dans la mesure où elle peut remplir sa fonction durant des centaines d’années sans pour autant perdre de son efficience.

Descriptif

On entend par « coulisse » le vide qui sépare l’isolant et la maçonnerie de parement. L’attache est la fixation du parement au mur intérieur qui est généralement métallique.

Utilités

Principalement utilisé à titre décoratif, la maçonnerie de parement apporte également des avantages du point de vu de l’étanchéité et en tant qu’isolant thermique.

Étanchéité à l’eau

En l’absence de la feuille extérieure, le côté intérieur des murs ayant une épaisseur insuffisante peut, en cas de précipitations abondantes, être également humide.
Par contre, avec un parement extérieur permettant d’absorber l’eau de pluie, cette dernière n’aura pas la possibilité de s’infiltrer à l’intérieur.

La coulisse devra donc être drainée à hauteur de chaque interruption de coulisse dans le mur afin que l’eau soit évacuée vers l’extérieur.

Ecoulement

Une partie de l’eau de pluie s’écoule directement à l’extérieur du parement et l’autre partie restante à l’intérieur de ce dernier, n’atteignant à aucun moment le mur porteur.

Isolation

La présence de la coulisse permet d’y intégrer des isolants au choix, que ce soit thermique, acoustique ou les deux à la fois.

Ces isolants permettront aux usagers de réduire considérablement leur consommation énergétique et de leur assurer un certain confort.

Elle permet également de réduire l’épaisseur de la maçonnerie intérieure porteuse en raison de sa structure.

Différentes maçonneries de parement

En général, on distingue 4 grands types de parements qui sont :

Maçonneries de parement en briques

Elles sont spécialement utilisées pour les murs de contre-façade. On distingue plusieurs types de maçonneries de parement en briques. Il y a :
• La maçonnerie de parement en briques de terre cuite moulées main : il s’agit de briques moulées à la main dans des moules.
• La maçonnerie de parement en briques de terre cuite étirées : ce sont des briques de façade étirées pleines et qui sont à bords bien droits.
• La maçonnerie de parement en briques de terre cuite pressées : ce sont des briques de terre compressées permettant de fabriquer des briques calibrées, compactes et solides.
• La maçonnerie de parement en briques de terre cuite collées.
• La maçonnerie de parement en briques traitées.
• La maçonnerie de parement en briques de terre cuite de réemploi : ce sont les briques de récupération qui sont utilisées.

Maçonneries de parement en blocs

Elles sont fabriquées à base de gravier, de sable, de ciment et d’adjuvants, notamment pour obtenir la coloration voulue.

Maçonneries de parement en pierre

Dans cette catégorie, nous pouvons citer :
• Les maçonneries de parement en pierre de taille,
• Les maçonneries de parement en moellons de pierre calcaire,
• Les maçonneries de parement en moellons de pierres siliceuses.

Maçonneries de parement en blocs de verre

Dans ce type de maçonnerie, les blocs de verre sont mis en œuvre sous la forme de panneaux préfabriqués. Afin de faciliter le passage de la lumière, les bords sont généralement habillés d’une couche de revêtement.

La mise en œuvre

Montage des deux murs

Il est fortement conseillé de monter les murs en deux phases en commençant bien évidemment par le mur porteur ou le mur intérieur.
Cette procédure n’apportera que des avantages tels que :
•L’isolation pourra être fixée sans interruption et la pose sera moins compliquée.
•Le mur de parement sera moins sali et ne sera pas facilement endommagé.

Lors de la pose du mur de parement, il faudra faire très attention à la chute des mortiers dans la coulisse. Ces débris bloqueraient l’évacuation de l’eau et la circulation de l’air au pied du mur. Par conséquent, un système de récupération de ces débris est à prévoir pour y faire face. La meilleure solution serait de ne maçonner qu’un élément sur deux de la première assise pour avoir un passage afin de nettoyer la coulisse en cas de présence de débris. A la fin des travaux, ces vides pourront être remplis sans aucun problème.

Repos de la maçonnerie de parement sur des consoles de supportage

Ces consoles peuvent supporter de grandes charges. Il est fortement conseillé de les ancrer avec les dispositifs de fixation dans les abouts de planchers ou les dalles.

Technique de construction
Une console métallique de supportage fixée préalablement servira de support au mur apparent.
Les consoles peuvent être disposées en pied de mur, en about de plancher ou servir de poutres-linteaux.


Console métallique de supportage
Disposition de la console



Photo réelle d’une console métallique de supportage

L’amarrage des éléments de la maçonnerie de parement sur la console métallique de supportage peut se faire avec des pattes de scellement ou des pattes en inox soudées sur la console et insérées dans les joints des lits de la maçonnerie ou tout simplement avec un lit continu de mortier.

Ces consoles sont généralement employées pour des rénovations où l’on souhaite embellir la façade d’un bâtiment déjà existant. En effet, pour les constructions neuves, il suffira de bien dimensionner la fondation afin qu’elle puisse directement supporter le mur de parement à mettre en oeuvre.

Repos de la maçonnerie de parement sur la semelle

Maçonnerie de parement sur une semelle

Mise à part l’utilisation d’une console métallique de supportage, le mur de parement peut aussi reposer directement sur la semelle au niveau de la fondation.
Cette technique consistant à faire reposer directement le mur de parement sur la semelle de fondation est utilisée généralement pour une construction neuve dans la mesure où la fondation devra être dimensionnée en conséquence. Pour les assises enterrées, des briques à faible capillarité et qui résistent au gel ou tout simplement des blocs de béton préfabriqués seront utilisés pour un mur de parement en brique tandis que des pierres de soubassement seront utilisés pour un mur de parement en pierre.


Mise en œuvre des attaches de liaison.

Les attaches sont noyées dans les joints de mortier respectifs des murs.
Les attaches jouent un rôle très important car elles assurent la stabilité du mur de parement, notamment en reprenant les sollicitations du vent perpendiculairement au plan du mur mais également les sollicitations des mouvements parallèles au mur telles que la dilatation thermique, le retrait, le fluage ou les secousses sismiques.

Le nombre minimal de ces attaches est de :

  • 2 par m² dans le cas où la hauteur du mur est inférieure à 3 m.
  • 5 par m² dans le cas où la hauteur du mur est inférieure à 4 m.

Il est conseillé de mettre les attaches avant la mise en place des isolants, comme nous l’avons constaté dans les paragraphes précédents, en les scellant dans le mur porteur pour les mettre en attente.

La mise en place des attaches de liaison
Les attaches servent à assurer la stabilité du mur de parement. Traditionnellement, les attaches sont scellées au mortier dans les joints horizontaux des murs porteurs en maçonnerie. Elles peuvent également être scellées dans les rainures des cloisons, toujours dans les joints horizontaux. Dans les cas de rénovation, les attaches sont fixées mécaniquement ou chimiquement dans l’épaisseur même de l’élément de maçonnerie.
Dans le mur de parement, les attaches sont fixées dans les joints de mortier horizontaux à l’aide d’un dispositif d’ancrage à leurs extrémités.

Exemple d’attaches de liaison
Attaches de liaison en attente
Disposition de l’attache dans un mur de parement

Les rondelles ont pour but d’arrêter le cheminement des gouttes d’eau sur les attaches vers les isolants.


Attache de liaison spécifique

Des attaches de liaison spécifiques peuvent être également utilisées dans le but de faciliter le maintien et faciliter la pose.
Ce sont des attaches préfabriquées en acier inoxydable qui sont ancrées dans le mur porteur. Elles permettent un supportage additionnel des murs de parement et assurent par conséquent plus de stabilité.

Les divers systèmes d’ancrage des attaches de liaison spécifique
Ils existent divers systèmes pour les attaches de liaison spécifique. Nous allons seulement vous montrer quelques exemples.

Exemple de système pour les attaches de liaison spécifique

Dans cet exemple, le cadre est juste intercalé entre le mur porteur et le mur de parement. Les attaches seront noyées dans les joints horizontaux.

Exemple de système pour les attaches de liaison spécifique

Une partie du cadre est intégrée dans le mur porteur, dans les joints verticaux de ce dernier.

Exemple de système pour les attaches de liaison spécifique

Le cadre est fixé au mur porteur à l’aide de boulons et de rondelles.


Mise en œuvre de l’isolant thermique

Pour assurer la meilleure isolation possible, la continuité de l’isolation à tout endroit du mur est indispensable. Dans cette perspective, il faut être très minutieux dans les découpes et aux jonctions.

Ventilation et compartimentage de la coulisse

Joints non garnis tous les 1 m

Pour assurer la ventilation, des joints verticaux non garnis tous les 1 m dans la première assise est suffisante.

Les joints de dilatation

Les joints de dilatation serviront à diviser la maçonnerie de parement en 2 sections indépendantes. Ils sont généralement sous forme de joint souple ou de joint vide.
Il est évident que la maçonnerie de parement est plus exposée aux conditions climatiques que la maçonnerie de support.


Lorsque le mur intérieur est en maçonnerie de petit élément, l’espacement de ces joints du mur double ne doit en aucun cas dépasser les 20 m. Par contre, si le mur support est en béton banché, l’espacement sera compris entre 25 et 50 m selon les régions. La largeur d’un joint est en général de l’ordre de 10 à 30 mm.