Mortier de maçonnerie

Bruno Caillard

Le mortier est un mélange homogène de sable et de liant (ciment ou chaux) que l’on combine avec une certaine quantité d’eau et auquel des adjuvants peuvent être également ajoutés. Ce mortier servira ensuite à l’assemblage des éléments de la maçonnerie.

Rôles des mortiers

Le rôle des mortiers varie suivant la nature des ouvrages. Les mortiers permettent notamment de :
• revêtir les murs à travers les enduits intérieurs
• assurer une protection contre les intempéries (infiltration d’eau) par les enduits extérieurs


Assemblage à l’aide de mortier

• niveler les surfaces de béton par l’intermédiaire des chapes
• garantir la liaison des éléments en maçonnerie
• transmettre les charges avec les joints, que ce soit des joints verticaux, inclinés ou horizontaux

Pour le cas du mortier de maçonnerie, nous pouvons distinguer trois types de mortiers :

• Les mortiers pour application courante : on l’utilise généralement pour les enduits extérieurs et intérieurs mais également pour les joints des maçonneries fortement chargées


• Les mortiers légers pour l’élévation des éléments de maçonnerie
• Les mortiers pour maçonnerie à joints minces : ce type de mortier est utilisé pour l’élévation mais surtout pour donner à la façade une allure plus esthétique sans avoir recours à un enduit.

Composants du mortier de maçonnerie

Le ciment

Le ciment est un matériau sous forme de poudre fabriqué à partir du clinker qui est obtenu par la combinaison chimique du calcaire et de l’argile.
C’est un liant hydraulique, ce qui signifie qu’au contact de l’eau et par réaction chimique avec cette dernière, il se durcit pour devenir solide et résistant.

En fonction de leur composition, on distingue cinq types de ciments :

Types de cimentsClassification européenne
Ciment portland artificielCEM I
Ciment portland composéCEM II
Ciment de haut fourneauCEM III
Ciment pouzzolaniqueCEM IV
Ciment au laitier ou aux cendresCEM V

Pour les travaux de maçonnerie, il est fortement conseillé d’utiliser le CEM II.

Le sable

Le sable est un matériau indispensable pour la fabrication du mortier. Il forme la structure du mortier. Le ciment, et éventuellement la chaux, assure la liaison des grains de sable.
Pour le mortier de maçonnerie, on utilise en général du sable mi-grossier et grossier dont la granulométrie se situe strictement entre 0,5 mm et 2 mm.

L’eau

Comme dit précédemment, l’eau sert à activer le liant. Bien dosée, l’eau, lors de la fabrication du mortier, est primordiale dans la mesure où un excès d’eau altérera la qualité du mortier. Dans le cas d’un excès, le mortier deviendra poreux, moins résistant, durcira plus lentement et enfin sera sujet au retrait.
Ainsi, le rapport eau/ciment est extrêmement important. Il est également conseillé d’utiliser de l’eau propre et pure ainsi que d’humidifier un peu les éléments à maçonner en été afin de garder la qualité du mortier.

Les adjuvants

Ils se présentent sous forme de liquide ou de poudre et sont additionnés en faible quantité (0,5 litre pour 35 kg de ciment utilisé) dans le mélange eau, sable et liant. Ils améliorent la résistance et ajoutent certaines propriétés au mortier.
Les différents types d’adjuvants que nous pouvons rencontrer sont :
• Les plastifiants qui permettent d’accroître l’homogénéité et l’élasticité du mortier
• Les fluidifiants qui favorisent l’humidification des grains de ciment
• Les colorants qui changent radicalement la couleur du mortier selon vos préférences
• Les entraîneurs d’air qui permettent d’augmenter la résistance au gel, aux intempéries et aux eaux agressives
• Les accélérateurs de prise qui entraînent l’hydratation rapide des grains de ciment. Ils sont à utiliser en temps froid pour accélérer la prise et assurer le durcissement complet du mortier
• Les retardateurs de prise ayant l’effet contraire que l’accélérateur de prise. Ils sont à utiliser durant les temps exceptionnellement chauds et secs.
Notons que l’ajout d’adjuvant lors de la fabrication du mortier n’est pas indispensable.

Types de mortiers de maçonnerie

Mortier de ciment

C’est le type de mortier traditionnel qui est obtenu par le mélange d’eau, de sable et enfin de ciment. Il peut être utilisé pour les travaux de maçonnerie aussi bien en intérieur qu’en extérieur.
Il a une meilleure résistance à la compression et une prise plus rapide que le mortier bâtard mais il est plus sujet au retrait que ce dernier.
De manière générale, le mortier se dose comme suit :

  • 1 volume de ciment
  • 4 volumes de sable
  • 0,5 volume d’eau

Soit, pour un sac de ciment de 50 kg, il faut ajouter et mélanger 250 kg de sable et 25 litres d’eau.
Ces dosages sont à prendre en compte dans le cas où le sable est sec. Dans le cas où celui-ci est humide, il faut prendre en compte le foisonnement ou le gonflement du sable causé par l’humidification. Par conséquent, il faut ajouter plus ou moins 20% au volume du sable sec afin d’obtenir la quantité en sable humide. Pour être concret, 20 kg de sable sec équivaut à 24 kg de sable humide.

Mortier bâtard


Mortier prêt à être utilisé

Il se différencie du mortier de ciment par l’ajout de chaux dans sa fabrication. Il a l’avantage d’être plus élastique, plus facile à mettre en œuvre et de présenter moins de retrait mais son temps de durcissement est absolument lent. Il est donc déconseillé de l’utiliser en temps froid.

Il est généralement utilisé pour monter un mur en brique.
Son dosage se présente comme suit :

  • 1 volume de ciment
  • 1 volume de chaux
  • 8 volumes de sable
  • 1 volume d’eau

Soit, pour 25 kg de ciment, on ajoute 25 kg de chaux, 250 kg de sable et 25 litres d’eau.
Comme pour le cas précédent, si le sable est humide, il ne faut pas prendre à la légère le foisonnement. Cependant, on peut également réduire la quantité d’eau pour optimiser le mélange.

Mortier de maçonnerie préparé en usine

Ce type de mortier présente l’avantage d’acquérir une qualité certifiée. Ainsi, il est indispensable de bien lire les prescriptions d’utilisation du fabricant.
Nous pouvons distinguer dans cette catégorie trois types de mortiers :
• Mortier humide : c’est un mortier avec des inhibiteurs de prise assurant l’ouvrabilité du mortier pendant une durée de 24 heures
• Mortier sec : préparé en usine, il suffit simplement de le mélanger avec de l’eau pour être prêt à l’emploi
• Mortier semi-sec où le dosage et l’ajout d’eau sont encore nécessaires.
Il est indispensable de bien lire les prescriptions d’utilisation du fabricant.

Mortier colle

Ce type de mortier est utilisé pour la mise en œuvre des briques et des blocs avec des joints de 3 à 6 mm. Il assure une plus grande adhérence entre la brique et le mortier. Il n’est pas mis en œuvre à l’aide d’une truelle traditionnelle mais par l’intermédiaire d’un pistolet doseur spécial ou d’une poche à douille. Il s’agit donc de coller et non plus de maçonner. Il est préparé en usine.
Il permet de gagner en esthétisme du fait que de la prédominance de la couleur de la brique par rapport à la couleur des joints.

Mortier de maçonnerie à joints minces

Le mortier à joints minces confère à la façade une esthétique identique à celle procurée par le mortier colle. Les joints auront une épaisseur de 3 à 8 mm. Contrairement au mortier colle, la mise en œuvre se fait au moyen d’une truelle. Pour le grattage des joints, un tire-joint suffit.
Il existe uniquement en mélange sec préparé en usine.