Maçonnerie armée

Bruno Caillard

Ayant les mêmes fonctions que la maçonnerie portante vue précédemment, c’est-à-dire de transmettre les charges, la maçonnerie armée, comme son nom l’indique, est pourvue d’une armature communément appelée ferraillage.
L’armature a pour principale fonction d’accroître les propriétés mécaniques de la maçonnerie, que ce soit que du point de vue de la traction ou du cisaillement.

La maçonnerie armée est donc définie comme une maçonnerie dans laquelle les barres en acier sont enrobées dans du mortier ou du béton afin que tous les matériaux agissent ensemble afin de résister aux forces appliquées.

Les matériaux constitutifs

Les éléments

Généralement, pour ce type de maçonnerie, on utilise les briques creuses de terre cuite et les blocs de béton. Cependant, les autres matériaux utilisés pour la maçonnerie traditionnelle peuvent aussi convenir avec cette technique.

Brique creuse en terre cuite
Bloc de béton


Le mortier

L’adhérence entre le mortier et les armatures étant indispensable, il est conseillé d’avoir recours à des mortiers ordinaires qui sont à base de ciment ayant une forte résistance.

Les armatures

Les armatures horizontales

Exemple de forme d’armature employée

Il existe plusieurs types d’armatures préfabriquées de ce genre sur le marché ayant diverses dimensions et formes de votre choix.

Comme ce sont des armatures de renforcement, des barres d’armature ayant un diamètre de 6 mm suffisent largement. Ces dernières seront soudées en « zigzag » et placées dans les joints horizontaux. Ainsi, ces armatures sont disposées dans les lits horizontaux de mortier entre les assises de maçonnerie.

Les armatures verticales
Egalement de diamètre 6 mm ou plus, elles seront installées soit :

  • dans les ouvertures de la brique
  • dans des gaines maçonnées dans le seul but d’y mettre ces armatures,
  • entre deux murs.

Technique de construction


La technique utilisée est la même que celle de la maçonnerie traditionnelle, hormis le fait que pour la maçonnerie armée, il est nécessaire de placer l’armature après avoir étalé le mortier sur le lit de briques ou sur le bloc de béton en l’enfonçant dans le mortier.

Le armatures préfabriquées placées dans les joints horizontaux n’étant pas toujours suffisantes, divers systèmes de pose d’armature verticale peuvent être utilisés. Les vides seront remplis par du béton de remplissage.


Dimensions des éléments de la maçonnerie armée
  • a = 25 cm
  • b = 1 cm
  • c = 1.5 cm
  • d = 20 cm
  • e = 50 cm
  • f = 16 cm
  • g = 2 cm
  • 1 : diamètre 6 mm
Exemple de maçonnerie armée horizontalement et verticalement


Mise en œuvre

Il n’y a presque pas de différence de construction par rapport à la maçonnerie traditionnelle. La seule différence réside dans la mise en place des armatures comme nous l’avons constaté dans la technique de pose. Vous pourrez donc consulter les articles concernant le montage d’un mur en parpaing et les différents types d’appareillages pour voir l’élévation traditionnelle.

Élévation d’une maçonnerie armée

Les armatures métalliques ne sont disposées que dans les zones susceptibles d’être sollicitées en traction. Quant aux armatures verticales, elles sont placées dans les alvéoles des éléments à maçonner ou dans les espaces réservés au montage entre les blocs, puis remplis de béton.
Pour la première assise, c’est-à-dire l’élément de la maçonnerie directement au contact de la fondation, l’armature préfabriquée n’est pas nécessaire. Pour sa liaison avec la fondation, du mortier suffit largement mais il est important de ne pas oublier la pose d’une membrane d’étanchéité afin de contrer toute remontée d’eau.


Par contre, entre la première et la deuxième assise, on pourra insérer l’armature dans les lits horizontaux du mortier afin de renforcer le mur.
Par la suite, il est recommandé de mettre ces armatures préfabriquées toutes les 3 rangées lors du montage. Mais selon les possibilités, vous pourrez en mettre toutes les 2 rangées, ce qui améliorerait encore d’avantage la résistance du mur.

La jonction des armatures

Il est important d’assurer la continuité des armatures. Entre deux armatures, un recouvrement de 250 mm est indispensable. Il faut alterner la place des recouvrements dans les murs et éviter de les faire sur des plans parallèles.


Longueur de recouvrement pour la continuité des armatures
Jonction mur extérieur et refend
Jonction des armatures sur les murs d’angle


Les linteaux

Les linteaux sont les éléments destinés à soutenir les matériaux se trouvant au-dessus d’une baie. Sous l’assise d’une baie, il est conseillé d’insérer l’armature préfabriquée afin de renforcer le mur.
Les étapes à suivre pour l’élaboration d’un linteau dans la maçonnerie armée sont les suivantes :

Mise en place du support temporaire

La première étape consiste, comme la mise en oeuvre de tous les linteaux, à mettre en place le support temporaire.

Mise en place du crochet de linteau

La deuxième étape consiste à mettre du mortier sur l’élément de la maçonnerie et à y fixer le crochet de linteau.


Placement des éléments munis de crochet sur le support

Ensuite, les éléments munis de crochet sont placés sur le support temporaire jusqu’à ce que la travée soit remplie.
On a le choix de poser ces éléments soit parallèlement soit perpendiculairement au plan du mur. Il faut bien évidemment ajuster le placement du crochet en conséquence mais le système reste le même.

Mise en place des armatures préfabriquées sur les crochets de linteau

Puis, on place les armatures préfabriquées en les glissant dans les crochets pour bien les fixer.


Mise en place du mortier

On enduit par la suite le mortier.

L’assise au-dessus du linteau

Après, on place l’assise suivante. Dans le cas où la portée de la baie est supérieure à 2,5 m ou si l’on souhaite tout simplement renforcer davantage le mur, une autre armature préfabriquée sera placée sur cette assise en question.

Suite à quoi, on pourra poursuivre le maçonnage sans aucun problème.

Avantages

Ce mode de construction présente plusieurs avantages notables, à savoir :

  • Le coffrage ainsi que le bétonnage ne sont pas nécessaires lors de la construction.
  • La maçonnerie armée peut jouer la fonction d’un chaînage ou de linteaux traditionnels, assurant ainsi l’homogénéité de la façade. De plus, les fissurations que l’on peut constater au contact de la maçonnerie et du béton sont évitées.
  • Des économies financières seront perçues en raison du placement des armatures dans les joints par rapport au choix d’une poutre de ceinture en béton armé (économie de temps et d’argent)
  • Elles ont des avantages au niveau du comportement vis-à-vis des retraits, des gonflements, des températures, de l’effet de toiture, …
  • En cas d’accident (séisme, tassement, explosion, …), elle améliore considérablement la résistance ainsi que la sécurité de l’ouvrage du fait de sa capacité à se déformer plastiquement sans se rompre.
  • Comme elles sont moins sujettes au phénomène de retrait du fait de sa ductilité augmentée et de sa résistance aux efforts de traction, la maçonnerie armée nous donne la possibilité d’augmenter la distance entre les joints de dilatation de l’ordre de 50% par rapport à une maçonnerie normale.

Inconvénients

L’inconvénient principal de ce mode de construction se situe au niveau du problème de l’enrobage des aciers ainsi que du phénomène de corrosion qu’il peut subir.

Champs d’application

La maçonnerie armée est particulièrement appréciée dans la réalisation des ouvrages situés en zone sismique.
Le domaine privilégié de la technique est sans conteste le franchissement des ouvertures insérées dans les murs afin de garder leur homogénéité. Ainsi, les principales applications de cette technique que l’on peut citer sont les linteaux, les poutres, les poutres-voiles, les murs de soubassement, les murs de contreventement mais également tous les types de structures essentiellement sollicités en flexion.