Escalier préfabriqué

Bruno Caillard

Pour faciliter et rendre plus rapide la réalisation d’un escalier en béton armé, les escaliers préfabriqués en béton ont vu le jour. Ils présentent de nombreux avantages mais également quelques inconvénients.

Les différentes sortes d’escalier préfabriqué

On peut y distinguer deux familles d’escaliers :

Escalier préfabriqué en monobloc

Ce type d’escalier est réalisé directement sur mesure dans les industries et en une seule pièce correspondant généralement à une hauteur d’étage. Ainsi le profil, la hauteur, la largeur, la profondeur des marches peuvent être définis sans aucune contrainte en fonction des besoins et de la configuration des lieux. Même le palier peut être intégré directement.
Du fait de leur poids, leur installation ne peut se faire que par l’intermédiaire d’engin approprié tel qu’une grue.

Escalier préfabriqué à marches indépendantes

Pour ce type d’escalier, il n’existe pas de contrainte pour les marches indépendantes. Ces dernières sont ancrées sur des poutres à crémaillères ou sur une maçonnerie portante. Pour un escalier hélicoïdal, certaines marches en consoles sont empilables.

On peut les rencontrés sous formes de :

Avantages et inconvénients


Exemple d’éléments d’un escalier préfabriqué à marches indépendantes

Avantages

  • Malléable à souhait, le béton peut prendre la forme, la couleur ainsi que la texture voulues.
  • Le prix de la construction est souvent moins coûteux en comparaison avec les autres éléments de la maçonnerie en raison de la réduction des erreurs et des déchets lors de la fabrication des éléments préfabriqués.
  • Il est solide, stable, confortable, résistant au feu et très durable dans le temps.
  • Il est très facile à entretenir.
  • La construction est extrêmement rapide en raison de la facilité du montage.
  • L’isolation et l’étanchéité sont excellentes.
  • L’escalier est à la fois sobre et élégant, ajoutant de la valeur à votre propriété.
  • Les éléments en béton préfabriqués sont respectueux de l’environnement car ils sont entièrement recyclables.

Inconvénients

  • La mise en œuvre n’est pas adaptée à une architecture classique et traditionnelle.
  • Pour la mise en place d’un escalier préfabriqué en monobloc, il est nécessaire de recourir à des engins spéciaux et à une main d’œuvre qualifiée.
  • Des modifications en cours de travaux sont quasiment impossibles sauf en moyennant des coûts très conséquents.

Finition

  • Le nez de marche peut être équipé d’une bande anti-dérapante. Le béton peut également être traité de sorte à être anti-dérapant.
  • Le béton peut être poli, lisse, sablé, lavé ou structuré avec un profil particulier et avec la couleur de votre choix.
  • Des revêtements de type bois, carrelage, tapis ou une peinture résistante à l’usure peuvent également être placés au-dessus du béton.

La mise en oeuvre

Pour la mise en œuvre, nous allons réaliser un escalier à quart tournant. Le montage est assez facile à réaliser étant donné que les éléments sont en kit et dans certains cas, ils sont même numérotés.

Déterminer les dimensions de votre escalier

Pour commencer, il vous faudra mesurer la hauteur que l’escalier devra franchir. Par la suite, vous allez définir ses dimensions et l’envoyer à votre fabricant pour qu’il les réalise.

Tracer l’emplacement des premiers éléments au sol

Avec un fil à plomb, vous allez repérer l’emplacement du palier de l’étage inférieur et le tracer. Puis vous allez déterminer la place de la première cale de départ qui devra être posée avant le premier fut.
Par la suite, vous pourrez y placer votre cale pour une première visualisation.

Réalisation du brochage au sol

Pour cette étape, il faudra fixer des fers, généralement de 12 mm de diamètre, dans le sol pour le ferraillage de l’escalier.
Pour ce faire, vous allez réaliser des trous sur les emplacements prévus dans la première cale avec une mèche ayant un diamètre légèrement supérieur à vos fers. Ensuite, vous allez sceller ces derniers dans le trou grâce à un scellement chimique spéciale.


La pose de la première cale et du premier fut

Pour commencer, vous allez placer la cale de démarrage et vérifier son niveau. Si nécessaire, il faudra mettre des petites cales en dessous pour qu’il soit bien au niveau. Puis au-dessus, il faudra poser le premier fut qui correspondra à la première marche de départ. Il est important de bien l’aligner.

La pose de la première marche

Même si l’escalier est autoporteur, pendant le montage, il faudra mettre des cales que l’on pourra retirer après avoir couler le béton. Ainsi, il vous faudra mesurer sa hauteur par rapport au sol, ce qui correspondra à la hauteur de la cale qui va servir à maintenir la première marche.
Vous allez donc emboîtez la marche déjà munie de son ferraillage dans l’encoche du fut. Puis, vous allez vérifier le niveau ainsi que l’équerrage.


La pose du second fut et de sa marche

Pour commencer, vous pouvez mettre en place la marche qui est sous la première marche.
Sur le fut déjà mis en place et comme pour tous les futs, vous allez mettre un cordon de mastic polymère afin d’éviter les vibrations ainsi que les possibles laitances pendant le coulage. Puis, vous allez y placer le prochain fut tout en veillant à ce qu’il soit bien aligné par rapport au précédent en tapotant avec l’aide d’un maillet si nécessaire.
Pour recevoir la contremarche, vous allez mettre également un cordon de mastic polymère sur la première marche. Par la suite vous allez déterminer la hauteur de la cale pour cette nouvelle marche. Puis, vous pourrez mettre la marche dans son encoche et la maintenir avec le cale. Ne jamais oubliez de vérifier l’équerrage et son niveau.

La pose des prochains fut et de leur marche

Vous allez procéder exactement de la même manière que précédemment pour leur pose. Au fur et à mesure de l’avancement de la construction, à l’aide d’un niveau à bulle, il sera nécessaire de revérifier l’alignement des futs.


Assurer la stabilité des marches

Même si les marches sont déjà maintenues par des cales. Pour une meilleure tenue, vous allez visser des boulons à l’intérieur des inserts des marches et des contremarches. Cette étape est nécessaire avant de pouvoir monter les marches.

La correction de certains éléments qui ne sont pas de niveau

Dans certains cas, la marche peut être légèrement plus haute que le fut de quelques millimètres. Pour éviter tout risque de basculement, il faut que les deux soient toujours du même niveau.
Pour ce faire, vous allez employer une meuleuse à matériaux pour rapper et supprimer la différence de niveau.


Le coulage du béton dans le fut

Pour le coulage, deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez vous faire livrer votre béton ou le faire vous-même.
Le béton prêt à l’emploi vous permettra d’avoir un béton parfaitement dosé, vibré, homogène et qui répondra parfaitement à vos attentes. Il vous évitera ainsi des problèmes de formulation et garantira la pérennité de l’ouvrage. Cependant, cette solution n’est pas du tout économique. Le coût du béton prêt à l’emploi dépendra en grande partie de la distance entre la centrale de béton et votre chantier.
Si vous avez opté pour le faire par vos propres moyens, vous pouvez consulter les articles sur le béton ordinaire, le béton armé et le coulage du béton pour découvrir les dosages ainsi que tous les conseils nécessaires pour cette étape.
En coulant le béton, il faudra bien le répartir en faisant en sorte que tous les coins soient bien remplis.
Pour la suite de la mise en œuvre, il faut prolonger les ferraillages de départ en l’enfonçant dans le béton couler qui n’a pas encore fait prise.

Montage du reste de l’escalier

Vous allez procéder exactement de la même manière que précédemment sauf que plus la marche est haute, il faudra faire très attention à assurer leur stabilité si le coulage du béton sur leur fut n’a pas encore été réalisé. Ainsi, il faudra mettre des étais sous ses marches et visser correctement les boulons.
Une fois tous les futs, les ferraillages et les marches mis en place, il faudra couler le béton correctement à l’intérieur des restes des futs qui n’ont pas encore été remplis de béton.