Le bloc à bancher

Bruno Caillard

Les matériaux de construction sont nombreux actuellement. Chacun a ses particularités : prix, composant, isolation, conductivité thermique, utilisation, etc. Comme quoi le choix est large pour ce qui est de matériau de construction. Pour la construction de la piscine, par exemple, il y a le bloc à bancher ou bloc de coffrage. Il s’agit d’une sorte de parpaing creux sans fond dans lequel du béton armé d’un fer vertical est coulé. Ce type de matériau de construction est aussi utilisé pour de nombreux ouvrages notamment pour les soubassements.

Le bloc à bancher : qu’est-ce que c’est ?


Bloc à bancher

Il s’agit d’une maçonnerie de blocs de coffrage en béton de granulats courants ou légers. Ce type de matériau de construction est requis pour réaliser des murs par empilage à sec et remplissage avec du béton de granulats courants. Pour réaliser l’empilage à sec, on procède à un calibrage en déposant des cordons continus de ciment.

Le bloc à bancher présente un revêtement extérieur par enduit monocouche ou multicouche selon la norme NF DTU 26.1 s’il s’agit d’une isolation par l’intérieur. Par contre, si l’isolation est par l’extérieur, il suffit de se servir d’un système adapté au support en maçonnerie de blocs en béton. Pour le revêtement intérieur, on se sert de tout revêtement qui peut s’appliquer sur une maçonnerie de blocs en béton.


Parmi les blocs à bancher, on peut citer le bloc STEPOC qui est employé lors de la construction des murs porteurs ou non. C’est le matériau de construction utilisé notamment pour la construction des bâtiments d’habitation, scolaires, industriels ou encore pour les immeubles. Le bloc STEPOC est aussi utilisé pour l’ouvrage des murs de sous-sol enterrés. On le trouve aussi pour la construction des piscines.

Les caractéristiques du bloc à bancher


Blocs à bancher

Du point de vue technique, voici les particularités du bloc à bancher STEPOC :

  • La stabilité des murs est assurée en utilisant du bloc à bancher ou bloc coffrage. En effet, quand ils sont soumis à un chargement vertical, la rigidité est augmentée. Si on soumet le mur STEPOC à une charge excentrée, sa déformabilité est plus appréciable par rapport à un mur traditionnel en béton banché ayant la même épaisseur.
  • Au niveau de la sécurité incendie : le procédé STEPOC ne diffère pas de la maçonnerie de blocs pleins ayant la même nature que le béton de remplissage.
  • L’isolation thermique ne remplit pas les exigences réglementaires que si on applique une isolation rapportée.
  • - L’isolation acoustique est réduite si on procède à un remplissage soigné et à l’application d’un enduit.
  • L’étanchéité des murs est fonction de la qualité de l’enduit extérieur.
  • La finition du STEPOC est comme celle des maçonneries en bloc de béton.

Comment réaliser une piscine en bloc à bancher ?

Comme mentionné plus haut, les blocs à bancher ou STEPOC se présentent comme des blocs de coffrage en béton, mais on trouve aussi des modèles en polystyrène. Les blocs de coffrage sont des matériaux de construction adéquats à la construction d’une piscine. Ils sont assemblés pour monter les parois du bassin avant le coulage du béton dans la structure. La plupart des piscines en kit se sert de cette technique car non seulement sa mise en œuvre est facile mais en plus son coût est économique.


Construction d’une piscine en bloc à bancher
  • Première étape : on livre les blocs directement dans le bassin. Cependant, il est important que le radier soit bien sec au risque d’une déformation liée au poids des palettes de STEPOC. Par la suite, les murs sont montés sur le radier. Pour la construction du radier, il est utile d’intégrer des fers tors qui vont supporter les blocs. Le nombre de fers équivaut au nombre d’alvéoles des blocs constituant la première rangée.
  • Deuxième étape : on procède au montage des murs, la mise en place de la première rangée aura un impact sur le reste. Dans le cas où le niveau du radier n’est pas à niveau, l’application d’un lit de mortier est conseillée. Après la première rangée des stepocs, on place les fers de façon à ce que les blocs puissent s’emboîter latéralement les uns aux autres à l’aide d’un système d’encoche. A noter que les fers verticaux seront renforcés par des fers horizontaux qui se chevauchent d’environ 40 cm. Pour que les fers ne bougent pas lors du coulage du béton, on les relie avec du fil de fer. Pour la suite des autres rangées, on se sert de la méthode de construction d’un mur traditionnel en décalant les blocs à chaque rangée. Bien évidemment on ajoute les fers horizontaux et verticaux à chaque fois.
  • Troisième étape  : on procède au coulage du béton soit en utilisant une bétonnière par exemple. Dosé à 350 kg/m3, la consistance du béton doit être fluide mais pas trop liquide. Le coulage doit se faire de manière progressive en réalisant des tours sur toute la périphérie du bassin afin que la pression du béton sur les blocs soit bien équilibrée.
  • Quatrième étape  : on procède à l’arase au dernier niveau du mur. Cette étape est requise pour corriger les erreurs de niveau. Pour pouvoir couler le béton pour l’arase, des planches de coffrage seront placées de part et d’autre de la partie supérieure des parois. Cette étape est déterminante sur l’aspect de la ligne d’eau, étant donné que sur cette dernière seront placés les profils qui vont fixer le liner.

Remarque


Piscine réalisée en bloc à bancher

Il existe aussi des blocs à bancher en polystyrène pour la construction de piscine. Cette technique récente est très appréciée pour sa légèreté ainsi que sa facilité de mise en œuvre.

  • Il faut savoir que du point de vue technique, les modèles en polystyrène et ceux en béton présentent tout deux une surface en forme d’alvéole. Par ailleurs, les deux modèles nécessitent aussi la mise en place des éléments en fer lors du montage.
  • Les blocs à bancher en polystyrène sont aussi plus appréciables pour leur isolation thermique. Par rapport à un bassin réalisé en bloc à bancher en béton, on gagne une température de 2°C en plus avec les blocs à bancher en polystyrène. Par ailleurs, ces derniers sont très avantageux lors de la finition, étant donné qu’ils n’ont pas besoin d’enduit. En plus, le liner peut être installé directement sur les blocs. Par ailleurs, le bassin réalisé en bloc à bancher en polystyrène est plus avantageux que celui en blocs à bancher en béton. En effet, on gagne jusqu’à un mètre en longueur et vingt-cinq centimètres en largeur et en hauteur.
  • Néanmoins, les bassins réalisés en bloc à bancher en polystyrène ne peuvent recevoir des carrelages. En outre, ce matériau de construction est fragile, nécessitant alors la mise en place de lamelles en PVC entre le support et le revêtement.