Partie 5 : Les entretiens à effectuer

Bruno Caillard

Généralement très résistantes, les clôtures en maçonnerie demandent très peu de soin. Toutefois, afin d’éviter une rénovation partielle ou complète en raison de l’effritement du mortier, de l’accumulation des poussières, des mousses, des suies etc., quelques mesures d’entretien sont indispensables.

Rejointoiement

Durant l’hiver, l’alternance des périodes de gel et de dégel peuvent rendre les joints poreux et friables. Ils laissent alors passer l’eau au cœur de la maçonnerie, entraînant une dégradation conséquente. Le moment idéal pour y remédier est le printemps.
Toutefois, il faut éviter de procéder à un rejointoiement systématique sauf si les joints sont très détériorés. Pour rejointoyer, le mortier bâtard est le plus approprié car il adhère plus facilement à l’ancien joint.
Les étapes à suivre sont les suivantes :


Evider les joints

Evider les joints sur une profondeur de 25 mm. Pour ne pas briser les éléments de la maçonnerie, les outils mécaniques sont à éviter.

Nettoyage et arrosage

Retirer les poussières et les débris de mortier en brossant la surface. Par la suite, il faudra arroser le mur afin d’éviter l’assèchement trop rapide du nouveau mortier.


Application du mortier bâtard

Appliquer le nouveau mortier en couches successives et utiliser une languette pour le presser. Puis, il faudra laisser durcir chaque couche. Nous vous recommandons de préparer le mortier bâtard en petite quantité afin d’éviter son durcissement avant son application.

Finition

Presser le mortier avec un outil approprié afin d’avoir le même profil que les joints existants. Puis, il vous faudra attendre une heure ou deux avant d’enlever l’excès de mortier grâce à une brosse à poils doux. Après plusieurs jours, vous pouvez le rincer à l’eau claire et brosser un peu s’il reste encore du mortier sur les éléments de la maçonnerie.

Le nettoyage

Nettoyage à l’eau

Pour garder l’esthétisme d’origine de l’ouvrage, il faut le protéger contre la saleté et les tâches en le nettoyant régulièrement. De plus, l’accumulation des dépôts en surface pouvant emprisonner l’humidité pourrait détériorer le mur.
Pour le choix de la technique de nettoyage, il est nécessaire de prendre en compte le type de saleté, la nature et les caractéristiques des pierres. Pour tester la technique, vous pouvez commencer par nettoyer la partie la moins visible de votre mur et observer l’effet obtenu avant de l’appliquer sur toute la surface. Nous pouvons distinguer :

Le nettoyage à l’eau

C’est la technique la plus facile, la moins coûteuse et la moins nocive pour votre mur.
Vous pouvez y avoir recours durant l’été pour permettre à l’eau de s’évaporer avant de geler. De plus, les joints doivent être réparés et toutes les ouvertures bien scellées afin d’éviter la pénétration de l’eau dans le mur.
Pour commencer, afin de ramollir et de soulever la saleté, vous allez arroser la maçonnerie avec un jet à pression moyenne. Par la suite, vous allez brosser la surface à l’aide d’une brosse en plastique ou à poils doux. Il faut éviter les brosses composées de fils métalliques car elles pourraient égratigner la pierre et faire apparaître des tâches de rouille. Pour finir, il vous suffira de rincer le mur avec de l’eau par un jet à pression moyenne.

Le nettoyage aux produits chimiques

Brossage d’un mur en briques

On y a recours pour les saletés tenaces. Les produits utilisés présentent un certain danger pour les utilisateurs et l’environnement et peuvent décolorer, voire même dissoudre la pierre.
Pour le granit et le grès, une faible solution d’acide fluorhydrique, parfois additionnée avec une faible concentration d’acide phosphorique, est nécessaire. Par contre, pour le calcaire et le marbre, qui sont très sensibles à l’acide, des solutions alcalines telles que le potassium ou l’hydroxyde de sodium sont les plus appropriées.
Avant de commencer, il est important de vous vêtir correctement afin que les produits chimiques ne puissent pas entrer en contact avec votre peau. Pour débuter, il vous faudra mouiller le mur grâce à un jet d’eau à pression moyenne. Puis, vous appliquerez la solution requise par l’intermédiaire d’une brosse à poils doux ou d’un vaporisateur. Ensuite, il vous suffira de rincer le mur à l’eau de en procédant de haut en bas afin d’enlever définitivement les résidus chimiques.

Les techniques abrasives

Elles consistent à diriger un jet d’eau ou d’air sous pression additionné d’un abrasif tel que le sable. Elles peuvent endommager les pierres et les joints si le jet n’est pas assez fin. Ainsi, pour être efficace, le mélange doit être à faible concentration de sable.

L’application d’une peinture ou d’un protecteur

Exemple de fissure

Après avoir nettoyé vos murs, vous pouvez les protéger avec un imperméabilisant, un anti-mousse ou tout simplement une peinture.
Le produit doit être à l’épreuve de l’eau et permettre le passage de la vapeur d’eau. En effet, si elle est trop étanche, elle pourrait emprisonner l’humidité dans les murs et provoquer l’éclatement des pierres et du mortier qui, à leur tour, feront écailler le produit protecteur.
Ainsi, vous devrez avoir recours soit à la peinture au latex, soit à certains protecteurs hydrofuges tout en veillant à respecter les recommandations du fabricant.

Les fissures

Les fissures peuvent apparaître dans les fondations ou à la jonction des murs. Elles sont dues à l’infiltration de l’eau dans certains endroits du mur, à des écarts thermiques importants ou à un tassement inégal du sol sous les fondations.
Si votre mur est fissuré, il vous sera tout d’abord nécessaire d’enlever toutes les parties friables ou détériorées de la maçonnerie de chaque côté de la fissure par l’intermédiaire d’un ciseau. Puis, il vous faudra nettoyer et enlever les résidus à l’aide d’une brosse dure. Si la fissure excède 25 mm, il vous faudra percer de petits trous dans la pierre saine afin d’améliorer l’adhérence. Par contre, si la fissure est très large, il vous faudra enfoncer un treillis à une profondeur de 12 mm.
Par la suite, vous devrez appliquer un coulis de ciment dont la couleur est semblable aux éléments du mur. Pour obtenir la couleur souhaitée, il faudra ajouter de la poussière de pierre au mélange. Puis, vous allez construire un petit coffrage en bois ou en plastique et remplir la fissure du ciment à l’aide d’un entonnoir. Au fur et à mesure du remplissage, vous devrez prolonger le coffrage. Pour finir, il vous suffira de nettoyer le surplus de coulis de ciment et d’aplanir la surface grâce à une truelle, un fer à joint ou une brosse.

Remplacement des éléments de la maçonnerie

Si certains éléments sont détériorés et que vous souhaitez les remplacer, le matériau à employer devra être de même nature et de même finition que les éléments à remplacer.
Pour ce faire, il vous faudra :

Enlever l’élément à remplacer

Installer tout d’abord un étai avant de démonter l’élément. Puis, vous pourrez évider les joints, retirer l’élément et nettoyer la cavité tout en faisant très attention à ne pas abîmer les autres éléments qui l’entourent.

Vérification et mise en place du mortier

Vérifier l’ajustement du nouvel élément. Pour ce faire, vous allez le placer dans la cavité sans mortier et corriger ses dimensions si nécessaire. Puis, vous allez mouiller toutes les faces de la cavité et recouvrir l’élément sélectionné par une couche de mortier.

Mettre en place le nouvel élément

A l’aide d’un maillet en caoutchouc, vous pourrez aligner le nouvel élément par rapport aux autres.

Une clôture en béton

Elle ne requiert pas d’entretien particulier. Cependant, il est indispensable de vérifier la solidité des piliers.
Si de la mousse ou des lichens se sont déposés sur les panneaux en béton, il vous faudra utiliser un anti-mousse adapté au support. Pour ce faire, vous allez tout simplement pulvériser le produit comme il est stipulé dans la notice. Par la suite, il suffira de le laisser agir et de brosser. Vous pouvez également y faire une autre application au besoin.

Une clôture en gabion

Ces clôtures ne nécessitent presque pas d’entretien. Cependant, si elles sont très peu exposées au soleil, de la mousse est susceptible d’apparaître. Il vous faudra l’enlever avec un appareil de nettoyage à haute pression.
Si vous souhaitez également éviter que vos cages ne rouillent, vous pouvez y déposer préalablement des craies naturelles ou bien les vernir avec un vernis marin pour contrer l’humidité. Toutefois, si vos cages sont déjà rouillées, vous devrez utiliser des produits spécifiques (huile de coude, mélange de citron et de gros sel, etc.) pour enlever la rouille.
Enfin, pour éviter de voir au maximum les saletés, vous pourrez remplir les cages de pierres foncées.